Un grand pouvoir ne peut se concevoir qu’accompagné de grandes responsabilités. Voici une Chambre Syndicale, qui, aujourd’hui, ne sait même pas mettre à jour sa base de données avec l’adresse exacte de ses propres adhérents ! (photo à l’appui) Est-ce un oubli ou une incompétence ?

Voici la Fashion Week de Paris, après New York et Milan, le bordel organisé commence ! Et, ne vous y trompez pas, celui-ci est, comme d’habitude, à la hauteur des intermittents qui la dirigent : réception de nos invitations après les dates des shows, grève des transports en commun, embouteillages plébiscités par les idiots d’astreintes, Bimbos de la télé-réalité buste en avant sur les « Front Row », et qui ont pour seule écriture ou comme signature des photos de leur décolleté ou d’elles-mêmes à la collection de Tartempion et Tartemuche, et bien-sûr cela, au détriment des vrais journalistes qui eux, pourraient dire des vérités sur la vraie nature des collections présentées.

Voici le retour des « Bonjour, tu vas bien ma chérie ou mon chéri, c’est selon » dans tous les couloirs des hôtels de luxe, pour au final, une fois le dos tourné recevoir un coup de couteau entre les « Homo Plates », par les mêmes qui venaient de vous saluer avec bienveillance. Bienvenue dans le monde merveilleux de la Fashion « trick », mais sachez le, je ne ferai pas le mort, les joueurs de Bridge apprécieront.

La Ligue des Gentlemen Modeux octogénaires, réunis dans la Chambre des Grumleristes, ont Pascal en lecture de chevet, et tous nantis à l’image du deuxième bureau et de l’Empire du Milieu s’apprêtent au néant. Voici les Voltaire de femme de chambre et les Jean-Jacques Ruisseau, infatigables blablateurs de la mode qui suppriment les écoles par dogmatisme plutôt que par pragmatisme, surtout une école qui réalise 5 millions d’euros de marge nette, pour intégrer une autre structure qui elle ne gagne rien. En un mot, des coucous suisses aphones, dont certains ne viennent pas du sérail allant jusqu’à ne pas connaître certains journaux de la capitale !  Bienvenue dans la Fashion Week de Paris.

Anonymode

Publicités