Mon cœur s’engouffre dans les montagnes russes du chic, là où le divin moqueur, qui chante usuellement à Paris, chante aujourd’hui à Berlin. Un Max qui, au cœur d’une boîte à bijoux, dépose ici quelques robes et tailleurs chinés pour l’éternité pour ces dames. Comment parler de la beauté de ces robes « violées » aux années 70 et, en parcourant la forêt de livres sur la mode que je possède, je descends jusqu’aux portes de l’indescriptible là où les poètes couture offrent l’équivalent de Rimbaud, où les archipels sidéraux de Vigny vous emportent dans un voyage entre Baudelaire et Hugo, dans un poème particulier celui de la mode et du « freaks of nature » dans toute son œuvre.

Parmi ces frimousses si douces, brillent des divinités en cachemire si fluide. Elles brûlent les yeux, et je regarde chaque jambe céleste au couleur vermeil. Elle flambe comme une torche d’Hyménée. Des messieurs, plein de respect, semblent venus d’Autriche pour voir ce spectacle avec leur manteau hongrois, et au visible mousseline transparente laissant deux petits mamelons pointés, une clameur vient du fond des abîmes, semblant dire : j’aime. Un point c’est tout.

Anonymode

Publicités