Quand nous sommes rentrés dans le Grand Palais, nous avions devant nous une représentation de l’Institut de France, sur les bords de Seine et ses bouquinistes ; un Paris intra-muros dans un cocon coupole toujours plus exploité par le groupe Chanel. Avec 8 milliards de dollars de chiffre d’affaires annoncé, vous pouvez mettre Paris en bouteille et mettre un bâtiment en lieu et place de l’Hôtel de la Monnaie. La monnaie ! Voilà un bâtiment que les frères propriétaires de Chanel ont adoubé sans difficulté pour la présentation de Karl.

Les demi-mondaines présentes au défilé hurlent de peur et d’effroi à la vision de ces bouquinistes. Mais, elles se sont vite rassurées en découvrant que les livres d’une part, étaient factices et que, d’autres part, ils ne comportaient pour certains que des images. On est toujours étonné de l’auditoire des égéries de mode, car la culture est toujours menacée par l’insignifiant.

C’est l’image du vieil homme et la scène, une lecture de sa couture pour celui qui déambule dans sa Rolls Phantom : on ne sait, d’ailleurs, même plus qui est le fantôme de l’autre. Le « Pari » de Karl et ses bouquinistes encapsulés dans un dôme de verre, neutre et insensible, mais, surtout, fermé aux agressions du monde extérieur, il transforme les quais de Seine pour des quais décènes. Quoi de plus charmant qu’un voyage à travers Paris sur ses « Verges » se dira-t-il quelques semaines plus tôt,  pour une présentation de plus et probablement une de trop.

Anne Idryde de Sodium qui, elle, « Lit » beaucoup, se demande comment ils vont faire pour enlever la coupole et remettre le monument en lieu et place, une question qui visiblement l’obsède depuis le début du show. Une flânerie le long des quais pour la fashion week de Paris, dans un décor de carton pâte, pour la patte du Maître de Hambourg, un décor sous une chaleur écrasante et un « special thanks » pour les brodeuses de Lesage.

Anonymode

Publicités