Il y a des jeunes dont la créativité s’épanouie au fil des années dans le prisme d’une école. Mais, ce n’est pas seulement les dirigeants ou les professeurs qui contribuent à cela, c’est en fait l’alchimie d’un ensemble de personnes qui forment par leur bienveillance et leur professionnalisme les créateurs de demain. Ils ont d’ailleurs déjà formé bon nombre d’entre eux, dont le poète et seul Maître d’Art du monde de la mode le couturier, Franck Sorbier.

Des gens, qui se remettent en question pour faire encore mieux, et toujours plus. Formater un créateur, aussi libre que passionné, n’est pas chose aisée, mais quand vous rencontrez Véronique Soboul-Polchi à leur présentation, et bien d’autres dont la liste serait trop longue à décrire en cet instant, vous savez que vous êtes là où il faut être pour parler de mode.

C’est dans le mythique théâtre des Champs-Elysées, classé parmi les monuments historiques de la capitale que se tenait « Esmod en scène », et la dame en blanc, « Christine » pour les intimes, vous accueille toujours avec ce « je ne sais quoi » en plus dans ce temple qui, depuis sa création en 1913, accueille artistes et compositeurs des plus prestigieux de la musique, de l’opéra et de la danse. Coco Chanel, jeune créatrice de mode et Igor Stravinsky, son amant, y ont produit le « Sacre du printemps » – Oui à cette même place ! Alors, quoi de plus naturel pour une présentation de mode d’exception.

Toutes les maisons sont présentes, et je suis assis derrière Hubert Barrère de la maison Lesage, et face à Stephane Rolland coincé entre « Madame la Mairesse » (que je déteste ce mot !) du huitième arrondissement et le patron de la Messe de Francfort, prouve que l’excellence attire toujours les meilleurs, un secret livré aux autres écoles qui voudraient prétendre à ce statut de première école de mode au monde.

Ce fut une profusion de création que nous ne pourrons juger dans l’instant, car l’abondance nous en empêche, mais croyez- moi, il y a la dedans les designers de demain car cette école agit en homme de pensée et pense en homme d’action.

Anonymode

Publicités