Olivier Roustaing, le designer, aussi appelé « deux semaines d’Esmod », cela suffit », vient d’ouvrir sa première boutique à Milan, et lundi, un grand nombre d’aficionados se pressaient sur la célèbre avenue de Montenapoleone, choisie par le designer car « Monté » lui rappelait de bons souvenirs sur son périple en quête de notoriété en Italie.

En effet, le petit caporal de la mode a ouvert ses canapés de salon à un concept baptisé « The City of Lights » faisant référence au fameux film où l’action se déroule à Londres. Pour un couturier Français, qui ouvre une boutique à Milan, c’est un concept audacieux mais, si obscure qu’il s’apparente à un trou noir profond et, en ce qui concerne le trou noir, ce dernier s’y connait !

Les visiteurs se laissaient entraîner dans ce palais aux escaliers grandioses avec des marches pour propulser le créateur, comme il aime à se faire nommer, à la hauteur de la mode des autres couturiers. Des marches qui, visiblement, lui serviront pour regarder les collections des autres avec attention dans le but de les ronéotyper.

Ce couturier virtuel, qui, par sa notoriété Instagram et Twitter, devient le monarque de clientes toutes aussi virtuelles que les robes qu’il crée personnellement, j’ai nommé ici la « Karda chiante » et une entrée de boutique en bibliothèque pour des incultes qui ne savent ni lire, ni écrire. Il propose une sorte de « stylèche » comme un écrin, qui craint plus qu’il ne promeut. Bref, un imbroglio de concepts mélangés avec un soupçon de mauvais goût et vous avez la mode des adeptes d’Instagram et des suiveurs.

Anonymode

Publicités